4 décembre 2022

Comment une femme peut être stérile? | Principales causes d'infertilité chez la femme

 La fertilité, ou fécondité, est l’aptitude à obtenir une grossesse. Un couple est dit infertile lorsqu’il ne parvient pas à obtenir une gro... thumbnail 1 summary

 La fertilité, ou fécondité, est l’aptitude à obtenir une grossesse. Un couple est dit infertile lorsqu’il ne parvient pas à obtenir une grossesse après 2 ans de rapports sexuels réguliers et non protégés, et sans aucune contraception. L’infertilité peut provenir aussi bien de l’homme que de la femme. Quelles sont les principales causes qui pourraient empêcher une femme de tomber enceinte.



II- L'essentiel de ce qu'il faut savoir:

1- L’âge de la femme est un facteur qui influe la fertilité.

L'âge de la femme constitue un facteur essentiel à prendre en compte dans la fertilité. En effet la possibilité de tomber enceinte diminue avec l'âge. La fertilité est maximale entre 20 et 27 ans. Entre 30 et 35 ans, la fertilité commence à diminuer. La fertilité est très faible après 35 ans jusqu’à la ménopause.

2- Le mode de vie a une influence sur la fertilité

Certains facteurs liés au mode de vie influent sur la fertilité. Le tabac, l'alcool, les substances polluantes des produits chimiques mais aussi la fatigue et le stress influent sur la fertilité de la femme.

Le tabagisme à l’âge adulte, durant la période de recherche de grossesse, est également associé à une augmentation du délai pour obtenir une grossesse.

3- La cause d’une infertilité peut être des anomalies au niveau de la glaire cervicale.

La glaire cervicale est un mucus sécrété par les cellules du col de l’utérus. Elle protège l'utérus contre les agents infectieux du milieu vaginal et neutralise le milieu trop acide du vagin. La glaire cervicale constitue donc un élément essentiel dans la fécondité. En effet, elle facilite la mobilité des spermatozoïdes lors de la période ovulatoire, mais empêche le passage des spermatozoïdes en dehors de la période d'ovulation. 

Pour passer le col de l’utérus en particulier, les spermatozoïdes ont besoin d’être aidés par une glaire cervicale de bonne qualité. Or ce n’est pas toujours le cas. Chez certaines femmes la glaire cervicale peut représenter un obstacle pour les spermatozoïdes. Toute modification de la glaire peut entraîner une difficulté dans le passage des spermatozoïdes, empêchant ainsi le développement d'une grossesse.

La cause de l’infertilité varie d’une femme à une autre. L’infertilité peut être due à la prise de contraceptifs qui modifient la structure et la qualité de la glaire et rend difficile la mobilité des spermatozoïdes.

L'infertilité peut être due à une diminution de la défense immunitaire, ce qui entraîne une modification de la composition de la glaire et ne facilite pas le passage des spermatozoïdes.

L'infertilité peut-être immunologique. Elle se caractérise par la présence anormale d'anticorps anti-spermatozoïdes qui neutralisent les spermatozoïdes. Chez la femme, le diagnostic peut être suspecté sur l'examen du sperme après rapport sexuel. Les spermatozoïdes sont immobiles ou très peu mobiles, et sans déplacement.

L’infertilité peut-être due à la présence anormale d'agent pathogènes signe de l'existence d'une infection génitale non favorable à la survie des spermatozoïdes.

4- La cause d’une infertilité peut être des anomalies au niveau du col de l'utérus.

Certaines femmes peuvent rencontrer une anomalie appelée sténose, qui peut être une cause d’infertilité. 

La sténose est un rétrécissement du passage du col de l'utérus. Elle est à l'origine d'une difficulté du passage des spermatozoïdes ce qui réduit les chances de tomber enceinte. 

Le traitement de la sténose consiste en une simple dilatation du col de l’utérus.

5- La cause d’une infertilité peut-être des anomalies au niveau de l'utérus

En cas de fécondation, l’ovule doit s’implanter dans la muqueuse utérine. Mais certaines anomalies observées au niveau de l’utérus peuvent contribuer à réduire les chances d’apparition d’une grossesse. 

Une muqueuse utérine trop fine empêche la nidation dans la cavité utérine. De même, les accolements des parois internes de la cavité utérine empêchent l'implantation de l'embryon au niveau de la cavité de l’utérus. 

Les accolements sont souvent des complications suite à une fausse couche, ou une interruption volontaire de la grossesse, ou suite à une infection de l'utérus.

6- La cause d’une infertilité peut être l'endométriose

Certaines femmes désirant une grossesse rencontrent un obstacle appelé endométriose. L’endomètre recouvre normalement la paroi interne de l’utérus. 

L'endométriose est une maladie de l’endomètre. Elle est caractérisée par la présence de tissu semblable à l'endomètre, en dehors de l’utérus. 

L’endométriose peut-être localisée au niveau des ovaires, des trompes de Fallope, la vessie, le vagin et le rectum. Ces fragments d’endomètre anormale sont composés de cellules qui possèdent les mêmes caractéristiques que celles de la muqueuse utérine et se comportent comme elles sous l’influence des hormones ovariennes, œstrogènes et progestérone. 

Au moment des règles, les cellules vont se détacher et provoquer une réaction inflammatoire responsable de fortes douleurs. Les femmes peuvent souffrir de symptômes variables selon la localisation des cellules d’endométriose.

L’endométriose se manifeste initialement par la fatigue, des crampes menstruelles excessives, des douleurs survenant lors des règles, et lors des rapports sexuels, infertilité, saignements vaginaux entre les règles, flux menstruel anormal ou abondant, diarrhée, constipation, nausées, douleurs dans le bas du dos, miction douloureuse ou selles douloureuses pendant les règles.

7- La cause d’une infertilité peut-être une anomalie au niveau des trompes.

Au niveau de la trompe de Fallope s’effectue l’union de l’ovule et du spermatozoïde. Si l’ovulation se produit régulièrement, mais que les ovules ne descendent pas des trompes de Fallope vers l’utérus, l’infertilité est due à une obstruction des trompes qui empêche la fécondation, c’est à dire la rencontre des gamètes. Une obstruction des trompes de Fallope empêchera donc le développement d'une grossesse.

8- Les causes d’une infertilité peuvent être des anomalies au niveau des ovaires.

Au niveau de l’ovaire, la principale anomalie pouvant être à l’origine d’une infertilité est le trouble de l’ovulation. Certaines femmes rencontrent un obstacle appelé anovulation. L’anovulation désigne l’absence d’ovulation.

Elle survient lorsque les ovaires d’une femme ne se développent pas et ne libèrent pas d’ovules. Donc un cycle menstruel anovulatoire est caractérisé par l'absence d'ovulation, et par conséquent l'impossibilité de tomber enceinte pendant cette période.

L’anovulation vous fait manquer votre période de fertilité si vous essayez de tomber enceinte. Certaines femmes souffrent d'anovulation chronique, cela peut être l'indication du syndrome des ovaires polykystiques, qui peut rendre la possibilité de tomber enceinte plus difficile. 

Le syndrome des ovaires polykystiques est une maladie caractérisée par la présence d’un grand nombre de petits kystes au niveau des ovaires. La présence de ces kystes empêche l'apparition de l'ovulation. Les symptômes de l’anovulation sont l’irrégularité des règles, ou l’absence de règles, l'anorexie, le surpoids mais également un stress extrême.

D’autres femmes rencontrent un obstacle appelé dysovulation, qui désigne une ovulation de mauvaise qualité ou très irrégulière. Les autres causes des troubles de l'ovulation sont les suivantes: 

  • Une absence ou atrophie des ovaires. 
  • Un choc psychologique peut entraîner une anovulation sur un ou plusieurs cycles. Certaines maladies comme le diabète et l’hyperthyroïdie peuvent perturber le fonctionnement des ovaires et entraîner une anovulation. 
  • Les tumeurs de l'hypophyse peuvent perturber les taux des hormone impliquées dans l'ovulation qui sont les œstrogènes, la progestérone, la FSH et la LH. 
  • Les activités sportives intensives. 
  • Les amaigrissements extrêmes, c’est-à-dire la perte de poids excessive ou anorexie. 
  • Une alimentation restrictive aux lipides. 

Ces anomalies sont à l'origine d'un dérèglement hormonal pouvant avoir des conséquences directes sur l’ovulation. En effet, il n’y a pas d’ovulation puisque le corps de la femme, est incapable de supporter une grossesse.

Pour réguler votre ovulation, autrement dit, pour stimuler votre organisme à ovuler: 

  • Modifiez votre régime alimentaire. 
  • Essayez de consommer davantage d'aliments biologiques et évitez les plats frits ou sucrés.
  • Abandonnez vos mauvaises habitudes. Cesser de fumer et limiter votre consommation d'alcool. 
  • L'anovulation est fréquemment associée à un poids corporel inadéquat, donc faites régulièrement de l’exercice physique pour maintenir un poids idéal, et soulager le stress. Enfin, améliorez la durée et la qualité de votre sommeil, et régularisez vos heures de coucher et de réveil.

9- La cause d’une infertilité peut être une phase lutéale courte.

La première partie du cycle menstruel, nommée phase folliculaire, conduit à l’ovulation. Cette phase se déroule après les règles d’où l’appellation de phase postmenstruelle. Elle est aussi appelée phase préovulatoire car elle survient avant l’ovulation. La phase préovulatoire peut-être plus ou moins longue selon votre cycle. 

La deuxième phase du cycle menstruel est l’ovulation. Il s’agit de la libération du gamète femelle ou ovocyte secondaire bloqué en métaphase 2 de la méiose par le follicule mûr, ou follicule de Degraaf, dans la trompe de Fallope.

La troisième partie du cycle menstruel est dite phase lutéale, c’est-à-dire la phase du corps jaune, ou la phase postovulatoire car elle se déroule après l’ovulation, aussi appelée phase prémenstruelle parce qu’elle s’effectue avant les règles qui marquent le début d’un nouveau cycle menstruel.

Vous devez retenir que, la seule phase fixe de votre cycle menstruel est en effet la phase postovulatoire qui dure invariablement 14 jours. En d’autres mots, la durée de la phase lutéale est toujours constante, égale à 14 jours. Donc, les règles surviennent toujours quatorze jours après l’ovulation.

Au cours de la phase lutéale, le follicule ovarien qui s’est rompu se transforme en corps jaune. Ce corps jaune sécrète des œstrogènes et de la progestérone, il prépare la muqueuse de l'utérus, ou endomètre, à accueillir l'œuf en cas de fécondation. La concentration de progestérone est importante pour le bon développement de l’embryon. C'est pour cette raison que la muqueuse utérine s'épaissit de manière significative durant la phase lutéale.

Si la phase lutéale est trop courte, 11 jours, 10 jours ou moins, on parle alors d’insuffisance lutéale. C’est le signe que le taux de progestérone est trop faible. En conséquence, les chances de grossesse sont réduites voire nulles, car l’implantation de l’embryon peut être impossible. 

Le faible taux de progestérone fait baisser la fertilité car l’utérus ne peut se préparer correctement à une grossesse. En effet, avec un taux de progestérone insuffisant, la muqueuse est évacuée avant l’implantation de l’embryon, et le risque de fausse couche augmente.

Pour connaître la durée de votre phase lutéale, comptez le nombre de jours entre votre deuxième jour de fertilité maximale et la date de début de vos règles. Si vous pensez que votre phase lutéale est trop courte, consultez votre gynécologue.

Aucun commentaire

Enregistrer un commentaire

.